Les low-code Brothers : deux gars qui ont pour mission de sauver le monde de l’échec du numérique

Les Low-Code BrothersL’une des scènes du film culte des années 1980, Les Blues Brothers, dans laquelle Joliet Jake et Elwood Blues, deux blues rockers durs à cuire, mettent au point un plan pour reformer leur groupe de musique et sauver leur ancien orphelinat du surendettement :

Elwood : Il y a 160 kilomètres d’ici à Chicago, nous avons un réservoir plein d’essence, un demi paquet de cigarettes, il fait noir et nous portons des lunettes noires.

Jake : En route !

L’intrigue derrière ce riff a définitivement marqué la culture pop. Elle a également inspiré notre imaginaire dans lequel deux ringards durs à cuire ont pour mission de nous guider sur le chemin de l’automatisation Low-Code et de sauver le monde d’une dette technique. Si le concept des Blues Brothers ne vous parle pas, il s’agit d’une parodie de l’emblématique émission télévisée Saturday Night Live d’un groupe de soul incarné par les acteurs Dan Aykroyd et John Belushi.

Quant à la dette technique, des études ont mis en évidence qu’elle représente 40 % du temps de développement. Sans oublier que 50 % des nouvelles demandes de développement d’applications se soldent par un échec, selon une récente étude d’IDG. Et si rien de tout cela ne vous effraie, la perturbation numérique qui permet de savoir si nous y sommes préparés ou non est toujours à votre portée.

Rien de tout cela n’est un tant soit peu satisfaisant. La plate-forme s’appuie sur le développement d’applications traditionnelles. Mais les Low-Code Brothers sont-là pour nous rappeler que tout n’est pas sombre. Ils symbolisent la puissance de la plate-forme d’automatisation Low-Code moderne pour le DSI qui cherche à résoudre le problème de la dette technique et injecter des processus de développement Agile dans son organisation informatique. Un exemple concret : Aviva, une compagnie d’assurances multinationale qui compte 33 millions de clients dans 16 pays. Grâce à une plate-forme Low-Code, cette entreprise implantée à Londres a pu regrouper une quantité considérable de données provenant de 22 systèmes différents afin de créer une interface client unique pour améliorer l’efficacité de son centre d’appels.

Au bout du compte, les délais de réponse du service clientèle ont été divisés par 9 et les coûts opérationnels ont enregistré une incroyable baisse de 40 %.

L’étonnant pouvoir de l’automatisation Low-Code

Revenons au mème des Low-Code Brothers. Il symbolise le pouvoir de l’automatisation low-code qui nous libère de la dette technique et révolutionne notre capacité à orchestrer la manière dont les gens, les robots et l’intelligence artificielle œuvrent ensemble à l’accélération de la transformation numérique. Et pourtant, de nombreuses entreprises informatiques ont tendance à rester coincées dans un arriéré de projets qui les oblige à rogner sur les dépenses simplement pour résister à la pression exercée par la transformation numérique. L’automatisation Low-Code est aux antipodes de tout cela. Elle nous vaccine contre les retards débilitants en permettant aux développeurs et aux cadres non techniques de créer des applications 10 à 20 fois plus rapidement que d’écrire du code.

Pourquoi le Low-Code est-il si rapide ? La réponse tient en un mot : simplicité.

Matt Calkins, son fondateur et président-directeur général, déclare : « Si je devais résumer Appian en un mot, je choisirais celui-ci : simplicité. Cependant, toutes les entreprises doivent accélérer la fourniture des technologies de l’information sans sacrifier la qualité ni accumuler davantage de dettes techniques ». Il convient de noter qu’Appian est la première entreprise Low-Code à entrer en bourse.

Bien sûr, vous pourriez faire des compromis et acheter des logiciels clés en main, mais l’intégration serait alors un problème. Les silos de données et de processus s’accumulent alors, et on se retrouve soudainement avec un plus gros problème qu’auparavant. À la place, vous pouvez choisir de travailler à l’ancienne, en créant vos propres applications sur mesure.

Cette option apporte également son lot de difficultés pour ce qui est de tenir le rythme face à la demande de logiciels uniques. Finalement, vous pouvez toujours recruter davantage de développeurs, mais les bons éléments sont rares et chers. Il vaut mieux adopter une approche Low-Code.

Orchestration des employés, des robots, de l’intelligence artificielle et bien plus

C’est exact : Options Clearing Corporation (OCC), le premier organisme au monde de compensation des produits dérivés sur actions, a créé sa première application Low-Code sur Appian en seulement six semaines. L’organisme basé à Chicago a utilisé le low-code pour créer et déployer 9 applications de gestion des risques critiques en L18 mois. Aujourd’hui, une application ne nous prend qu’une journée.

« C’est comme ça qu’on exploite au mieux le potentiel du low-code, explique Matt Calkins, président-directeur général d’Appian. Voilà le genre de rapidité que nous aimons voir et le type de transformation que nous visons. Voilà ce que nous cherchons à accomplir et à apporter à nos clients. »

En parlant de vitesse, Gartner a indiqué que le marché de la Robotic Process Automation (RPA) a augmenté de 63 % en 2018, ce qui en fait le segment de logiciels d’entreprise à la croissance la plus rapide. Le problème réside dans le fait que de nombreuses entreprises ont implémenté des robots provenant de plusieurs fournisseurs. Les robots logiciels sont souvent déployés dans des systèmes cloisonnés et sans surveillance humaine efficace. Ainsi, les DSI soucieux de la sécurité et de la gouvernance sont naturellement prudents quant à l’extension de leurs cas pratiques pour la RPA.

À l’inverse, les meilleures plates-formes d’automatisation Low-Code :

  • permettent d’unifier le développement low-code et la RPA au sein d’une même plate-forme d’automatisation complète, afin d’harmoniser la main-d’œuvre humaine, les robots et l’intelligence artificielle ;
  • offrent des capacités de Case Management qui permettent aux humains de gérer rapidement les exceptions et les erreurs commises par les robots ;
  • fournissent une gouvernance RPA mobile et Web ainsi que des capacités de rapports et de supervision qui permettent aux organisations de mieux gérer la main-d’œuvre robotique.

Oui, la dette technique reste quelque chose de particulièrement difficile à gérer, mais la promesse d’une automatisation low-code a suscité des attentes si élevées qu’elles ne s’atténueront peut-être jamais.

La Bluesmobile comme plate-forme d’automatisation Low-Code

Revenons rapidement sur une autre scène mémorable du film Les Blues Brothers, celle où Elwood présente la Bluesmobile à Jake (une fantastique ancienne voiture de police). Imaginez la scène avec les Low-Code Brothers comme protagonistes et remplacez la Bluesmobile par la plate-forme d’automatisation low-code d’Appian :

Dév : Qu’est-ce que c’est ?

Opé : Quoi ?

Dév : Cette plate-forme. Où est notre plate-forme habituelle ?

Opé : Je l’ai échangée contre une plate-forme d’automatisation Low-Code Appian.

Dév : Pourquoi ?

Opé : Elle a un low-code sous le capot, une conception visuelle. Les données y sont unifiées et les intégrations rapides. Elle comprend des solutions pour le flux de travail, l’intelligence artificielle et la RPA. Et tu peux y exécuter des applications sans écrire de code. Alors qu’est-ce que tu en dis ? C’est notre nouvelle plate-forme ?

Vous voulez tout savoir sur la plate-forme d’automatisation low-code Appian tout de suite et découvrir comment elle peut vous aider à surmonter la dette technique ? Inscrivez-vous ici pour demander un accès futur à un programme bêta (places limitées). Pour en savoir plus sur le développement low-code, ces livres blancs sont à lire absolument :

 

 

S'ABONNER À APPIAN WEEKLY!