Résultat de l’enquête : prenez garde à la « dette technique », véritable terrain miné pour la transformation numérique

Avec la montée en puissance de la transformation numérique, les entreprises du monde entier s’efforcent de satisfaire la demande en matière de logiciels d’entreprise. Il en va de même pour les répercussions de la « dette technique », c’est-à-dire les sacrifices financiers causés par les logiciels défectueux qui ne parviennent pas à répondre aux attentes.

La situation est grave. Il est stupéfiant de constater que 50 % des applications d’entreprise ne sont pas livrées ou ne répondent pas aux attentes.

Les sacrifices financiers liés à cet échec sont considérables, que ce soit au niveau de l’augmentation de la frustration des clients, des temps de réponse plus lents aux menaces de la concurrence ou des occasions commerciales manquées.

Il s’agit d’un terrain miné pour la transformation numérique.

D’après le deuxième lot de données issues de l’enquête « Le futur du travail » menée par Appian auprès de cadres supérieurs nord-américains et européens, c’est également le principal enseignement à retenir.

Enseignements tirés de l’enquête

Voici comment les participants décrivent les répercussions de la dette technique sur leurs activités :

Des solutions plus rapides et plus efficaces pour développer des applications d’entreprise

Si vous avez pour objectif de transformer votre entreprise pour qu’elle puisse travailler à vitesse numérique, vous avez besoin de solutions plus rapides, plus simples et plus efficaces pour développer des applications d’entreprise.

La réduction d’un tel écart constitue un défi considérable pour les équipes informatiques, qui, selon l’enquête menée par Appian, passent déjà 50 % de leur temps à coder de nouvelles applications et des améliorations majeures.

Mais alors, comment réduire cette dette technique ? Plus de la moitié (53 %) des participants à l’enquête déclarent qu’il est nécessaire de « trouver de nouvelles solutions pour accélérer le développement d’applications ».

Ce qui nous amène à l’approche Low-Code d’Appian dédiée au développement de logiciels d’entreprise.

« Si je devais résumer Appian en un mot », déclare Matt Calkins, son fondateur et directeur général, « je choisirais celui-ci : simplicité ».

Vous vous efforcez de satisfaire la demande en matière de logiciels ?

La magie d’Appian réside en la simplification du code traditionnel et en l’accélération du développement d’applications grâce à des outils de conception visuelle puissants et faciles à utiliser, fonctionnant sur la base du glisser-déposer.

Avec Appian, vous pouvez dessiner vos applications (comme des diagrammes) au lieu de les coder. Cette approche Low-Code vous permet de commercialiser plus rapidement vos applications et leurs caractéristiques sur le marché, sans que cela ne nuise à la qualité ou à l’expérience client.

Dans un récent entretien publié sur le site ZDNet, M. Calkins déclare que les premières entreprises à développer leurs applications et leurs infrastructures pour obtenir plus de souplesse au niveau de leurs processus sont les plus susceptibles de profiter des occasions commerciales liées à la transformation numérique.

« Nos recherches indiquent que les entreprises européennes sont en avance sur leurs concurrentes américaines lorsqu’il s’agit de procéder à une réelle transformation des activités », déclare M. Calkins. « Mais toutes les entreprises doivent travailler à l’accélération de leurs services informatiques, sans pour autant consentir à des sacrifices en termes de qualité ou accumuler encore davantage de dettes techniques ».

Low-Code : une approche essentielle pour régler la dette technique

La demande pour de nouvelles applications logicielles a tellement augmenté que les équipes de développement interne des entreprises américaines et européennes ne parviennent plus à suivre le rythme.

En moyenne, les entreprises basées aux États-Unis ont besoin que leurs services informatiques développent 153 nouvelles applications ou améliorations majeures par an.

Sur le papier, les entreprises européennes enregistrent tous les ans environ 230 demandes pour de nouvelles applications ou caractéristiques. L’enquête « Le futur du travail » révèle également ce qui suit :

  • 40 % du temps de développement est consacré à la résolution du problème de la « dette technique »
  • 47 % des participants déclarent que cela réduit les performances et l’adaptabilité
  • 52 % des participants déclarent que cela retarde les mises à niveau logicielles de base
  • 55 % d’entre eux déclarent que la dette technique entraîne l’augmentation des dépenses opérationnelles

Pour résumer, les dettes techniques s’amoncellent au sein des entreprises.

Mais cela n’a pas à être une fatalité.

Découvrez de quelle manière la dette technique freine votre entreprise et les solutions que le développement Low-Code a à vous offrir.

Téléchargez la deuxième version de l’enquête « Le futur du travail » menée par Appian.

 

 

S'ABONNER À APPIAN WEEKLY!