Low-Code : comment créer une application par jour

En termes d’économie numérique, votre secteur d’activité n’a pas réellement d’importance.  Chaque entreprise subit la pression grandissante de devoir opérer à VITESSE NUMÉRIQUE.

La constante évolution des attentes pousse les entreprises à accélérer les opérations et à améliorer les interactions des clients comme des employés avec la marque.

Pour s’imposer, se distinguer des autres, il faut ajouter une nouvelle dimension au défi de la transformation numérique, à savoir celle du développement Low-Code.

Seule une plate-forme Low-Code moderne est capable d’automatiser des processus back-end et de créer des applications (applis) d’entreprise 10 fois plus rapidement qu’avant tout en accélérant la transformation numérique.

Les cinq manières dont les plates-formes Low-Code accélèrent le succès de la transformation numérique 

  1. Les plates-formes Low-Code permettent la prestation rapide d’applications d’entreprise avec un minimum de codage manuel et un investissement initial en matière de configuration, de formation et de déploiement. Contrairement aux plates-formes traditionnelles, les plates-formes Low-Code se basent sur des outils de développement visuel à la place des langages de programmation. Ainsi, les plates-formes Low-Code peuvent fournir des applications plus rapidement que les plates-formes traditionnelles.
  2. Les plates-formes Low-Code peuvent être utilisées dans tous les cas de figure, des petites applications simples aux applications complexes à l’échelle d’une entreprise. Les applications relativement simples peuvent être créées sans écrire du code. D’autres peuvent nécessiter une programmation relative à leur intégration à des systèmes ou applications sources, à des algorithmes personnalisés ou à la prestation d’une fonctionnalité spéciale qui n’est pas prise en charge au sein de la plate-forme. Dans ces cas-là, vous pouvez utiliser les extensions de programmation et de script disponibles au sein de l’environnement Low-Code.
  3. Avec les plates-formes traditionnelles, le codage de nouvelles applications peut demander un grand investissement en temps, et la modification d’applications personnalisées avec des milliers de lignes de code peut être cauchemardesque. Par rapport au codage manuel, le Low-Code possède la capacité de configurer visuellement les applications, ce qui accélère considérablement l’exécution des applications.
  4. Les plates-formes Low-Code améliorent l’agilité en termes de développement d’applications. Elles permettent aux développeurs de créer des prototypes ou des produits à viabilité minimale pour valider les exigences et tester les idées avant de consacrer du temps à la création de l’intégralité des fonctionnalités d’une application. Ceci réduit le temps global de développement, garantit que les maigres ressources des développeurs ne soient pas gaspillées et permet l’innovation numérique grâce à une expérimentation rentable.
  5. Comme les plates-formes Low-Code sont simples à prendre en main, vous pouvez utiliser des ressources de développement non traditionnelles pour les gérer. Les plates-formes Low-Code permettent aux entreprises d’exploiter le potentiel des « développeurs citoyens » et des experts des affaires pour créer et déployer des applications, ce qui facilite grandement l’harmonisation de leurs priorités informatiques et business.

Imaginons le scénario suivant :

Vous êtes responsable de la gestion des risques pour une entreprise de services financiers importante et strictement réglementée. Cependant, cette entreprise ne possède pas la technologie numérique nécessaire pour suivre la constante évolution du cadre réglementaire.

Vous devez absolument faire de votre entreprise un modèle en termes de respect des règlements. Votre défi est le suivant : vous devez résoudre de nombreux problèmes et vous n’avez que peu de temps.

Malheureusement, les processus de votre entreprise sont exécutés manuellement, ce qui peut vous exposer à davantage de risques d’erreurs humaines et de non-conformité.

Pour inverser la tendance, vous avez besoin d’une solution de transformation numérique qui vous permette de centraliser des volumes de documents considérables, d’optimiser l’efficacité pour les utilisateurs commerciaux et de simplifier les processus de contrôle complexes plus rapidement que vous n’auriez pu l’imaginer.

Que feriez-vous dans une telle situation ?

Voici comment nous avons surmonté un défi similaire chez OCC (Options Clearing Corporation), la plus grande entreprise de compensation de produits dérivés sur actions au monde.

Tout d’abord, nous avons mis à niveau les capacités de développement de notre logiciel sur une plate-forme Low-Code, ce que nous a permis de simplifier rapidement nos processus de conformité afin de pouvoir opérer à vitesse numérique.

Nous avons également décidé de mettre en œuvre une nouvelle initiative, qui a permis à notre équipe de développement de consacrer une journée entière à l’automatisation de l’intégralité d’un processus, et ce de bout en bout.

Son nom : « Journée dédiée à la création d’une application ».

Cette initiative n’aurait pas pu voir le jour sans l’agilité et la rapidité de mise sur le marché fournies par le développement Low-Code.

Voici le plan de notre initiative « Journée dédié à la création d’une application », qui peut être suivi par n’importe quelle entreprise, ainsi qu’une rapide étude de cas.

Chez OCC, lorsque nous prévoyons une itération de la « Journée dédiée à la création d’une application », nous divisons la charge de travail en cinq étapes importantes, comme vous pouvez le voir sur le schéma ci-dessous.Travail divisé en cinq étapes pour la journée dédiée à la création d'une application

Ces étapes et activités tiennent lieu de lignes directrices. Elles ont fonctionné pour OCC, mais vous pouvez ajouter ou supprimer des activités et des étapes en fonction des caractéristiques de votre entreprise.

    1. Promouvoir : chez OCC, nous souhaitons que les idées d’automatisation soient identifiées directement par nos collaborateurs. Cette initiative peut prendre la forme de réunions informelles ou de communications grâce aux canaux internes (newsletter, dépliants, affiches ou portail de l’entreprise). Ajoutez des exemples et un résumé de la description des exigences pour faciliter le contrôle de la qualité des idées présentées. Vous pouvez également travailler avec votre bureau de gestion de projet (PMO) ou votre centre d’excellence (CoE) pour identifier des opportunités au sein de leurs backlogs.
    2. Évaluer : la sélection du bon type de possibilité d’automatisation est un facteur de réussite essentiel. Définissez des exigences qui peuvent être utilisées pour évaluer et hiérarchiser les idées présentées. Chez OCC, nous utilisons le nombre d’étapes du processus, d’écrans, de participants et d’éléments de données pour préciser nos exigences. Prenez ensuite le temps de vous concerter avec votre équipe, qui aura une meilleure idée de ce qui peut être accompli en un jour.
    3. Analyser : une fois que vous avez sélectionné une possibilité d’automatisation, la prochaine étape consiste à comprendre les exigences et à en définir l’étendue. Prévoyez quelques réunions avec l’équipe choisie. La première réunion devrait porter sur la bonne compréhension du processus et des éléments de données. Cet atelier doit rester simple et low-tech : utilisez un tableau blanc, puis prenez des photos. La réunion n’en sera que plus rapide et interactive. Le deuxième atelier doit servir à présenter une démonstration de l’outil. Il permettra à l’équipe choisie de se familiariser avec les concepts de structure, de terminologie et d’outil de base et d’éliminer toute éventuelle confusion qui pourrait entraver la mise en œuvre.
      Étapes jusqu'à votre objectif final
    4. Mettre en œuvre : établissez un plan détaillé pour la journée de mise en œuvre. Le facilitateur devra coordonner la totalité des éléments. La présence d’un plan détaillé pourra l’y aider. Chez OCC, nous prévoyons une journée de mise en œuvre qui s’étend de 8 h à 17 h et que nous divisons en quatre segments :
      • Configuration et lancement
      • Sprint de conception
      • Sprint(s) de développement
      • Sprint de contrôle

Journée de mise en œuvre

Configuration et lancement (8 h – 9 h) : réservez une salle de réunion pour l’ensemble de la journée. Si possible, cette salle doit être prête au moins un jour avant la mise en œuvre. Dans le cas contraire, consacrez les 30/45 premières minutes de la journée à arranger sa configuration. Utilisez les 15 minutes suivantes pour une rapide réunion de lancement. Profitez-en pour détailler le programme et les rôles des équipes, et pour répondre à toute question d’ordre administratif.

Il est également primordial de désigner les personnes qui feront office de décideur (on parlerait de Product Owner dans une équipe Scrum), et de facilitateur (qui coordonnera toutes les activités de la journée et devra s’assurer que tout se passe bien).

Sprint de conception (9 h – 10 h) : la première heure de la journée est consacrée à la définition de l’objectif d’automatisation et aux scénarios utilisateurs pour le premier sprint. Répondez bien aux deux questions suivantes avant de commencer quoi que ce soit.

      • Pourquoi participez-vous à ce projet ? Où souhaitez-vous être dans six mois ou un an ?
      • Imaginons que nous voyageons dans le futur et que le projet a échoué. Quelles peuvent être les causes de cet échec ?

Journée dédiée à la création d'une application

Après avoir répondu à ces deux questions, concentrez-vous sur la configuration du processus de haut niveau qui sera défini dans l’outil.Réalisez ensuite un prototype de la première étape. Les développeurs et les contrôleurs peuvent commencer à travailler, et le reste de l’équipe se concentre sur l’enregistrement et l’élaboration d’exigences supplémentaires.

Sprints de développement (10 h – 16 h) : les six heures suivantes peuvent être considérées comme des sprints de développement. Votre équipe peut décider d’effectuer des sprints d’une heure, un seul long sprint ou toute autre combinaison. Pour notre première itération, nous avons testé les sprints d’une heure, mais cela n’a pas fonctionné. Nous sommes donc passés à un sprint de deux heures.

Pendant ce temps, les membres des équipes continuent à s’occuper de leurs tâches respectives.

      • Les analystes vont continuer à travailler avec les utilisateurs commerciaux pour enregistrer de nouvelles demandes.
      • Les développeurs vont poursuivre le codage et présenter régulièrement des démonstrations aux utilisateurs commerciaux pour que ceux-ci donnent leur avis.
      • Les contrôleurs vont se concentrer sur la création de tests d’essai. À ce stade, assurez-vous qu’ils s’occupent uniquement de la compréhension des demandes et de la création de cas d’essai plutôt que de l’exécution, qui pourrait distraire les développeurs.

Le rôle du facilitateur est de faire avancer le processus et d’éviter que l’équipe ne perde de vue son objectif. En d’autres mots, il doit s’assurer que tout le monde travaille bien dans le cadre du champ qui a été défini. Dans le meilleur des cas, vous obtiendrez un MVP fonctionnel et prêt à l’emploi. Dans le pire des cas, vous aurez créé certaines parties de l’application et enregistré des documents dans les archives pour une date ultérieure.

Une dernière chose. Assurez-vous de suivre ces étapes dans le bon ordre. Ainsi, même s’il n’y a plus suffisamment de temps, vous aurez les éléments requis pour passer à la production.

Sprint de contrôle : pour la dernière heure de la journée, planifiez une démonstration avec l’équipe élargie. Invitez-y également des équipes externes/potentielles. Cela permettra à tout le monde de constater la transformation de simples prototypes sur un tableau blanc en une application fonctionnelle, et ce en moins d’une journée.

Pour couronner le tout, c’est également une très bonne façon de promouvoir cette initiative.

Publication : une fois la journée de mise en œuvre terminée, il est possible que vous ayez encore des activités à réaliser avant de pouvoir transférer l’application dans un environnement de production. Ces activités varient d’une entreprise à l’autre. Chez OCC, nous devons effectuer des contrôles de sécurité et de conformité, ainsi qu’un processus officiel de gestion des changements avant de migrer l’application vers notre environnement de production.

Étude de cas : gestion des efforts

Pour notre première itération, nous avons décidé d’automatiser notre processus interne de gestion des efforts. L’objectif de ce processus est de prendre en compte, d’évaluer, de noter et de prioriser les idées de projets présentées à notre équipe d’automatisation numérique.

Lorsqu’une idée de projet est priorisée, nous enregistrons les informations relatives à son analyse et à sa mise en œuvre. Ce processus linéaire comprend sept étapes qui impliquent différentes équipes.

photos de la journée dédiée à la création d'une application

Lors de la première « Journée dédiée à la création d’une application », nous n’avions que deux développeurs. Nous avons donc restreint notre champ d’intervention aux cinq premières étapes du processus, de la prise en compte à la priorisation.

Le nombre de participants au processus a également été réduit à deux équipes, ainsi qu’aux contributions théoriques d’autres équipes dans le cadre d’activités par saisie manuelle. À la fin de cette journée, le processus entièrement fonctionnel que nous avons mis en œuvre avec succès comportait cinq étapes, avec des résultats archivés, une page avec le détail des enregistrements, des scénarios utilisateurs dans le backlog des étapes d’analyse et de mise en œuvre et tous les cas d’essai.

Après la mise en œuvre, nous avons effectué des vérifications au niveau du code. Nous avons testé l’application, réalisé des vérifications de sécurité et suivi le processus de gestion des changements avant de migrer l’application vers notre environnement de production.

Processus entièrement fonctionnel en 5 étapes

La sélection de notre processus interne nous a permis de supprimer l’étape marketing et l’étape d’évaluation, de résoudre tous les problèmes qui ont pu survenir et de tirer des enseignements de nos erreurs. Elle nous a également aidé à approfondir nos idées, ainsi qu’à créer des supports publicitaires à toute épreuve.

Contactez-nous pour plus d’informations

Si vous souhaitez plus d’informations pour lancer votre propre programme de « Journée dédiée à la création d’une application », venez nous voir au prochain Appian World 2018 qui se tiendra à Miami (Floride) du 23 au 25 avril 2018.

Et si vous souhaitez en savoir plus sur la transformation numérique d’OCC, lisez notre article dans le magazine Forbes.

Adeel Javed
Responsable de l’automatisation des processus chez OCC

©2018 The Options Clearing Corporation. Tous droits réservés.

S'ABONNER À APPIAN WEEKLY!