Du réseau souterrain du logiciel à la réalisation du rêve Low-Code (Partie 1)

Suvajit Gupta, vice-président Ingénierie chez Appian

(Il s’agit du premier volet d’une série en deux parties sur le développement et l’innovation du Low-Code avec Suvajit Gupta (@suvajitgupta), vice-président Ingénierie chez Appian, une entreprise spécialisée dans les plates-formes Low-Code basée à Reston (Virginie), aux États-Unis.)

Nous vivons à une époque où l’accélération constante et la technologie peuvent permettre d’élaborer des logiciels plus rapidement que quiconque ne l’aurait jamais imaginé. Ce qui nous amène à Suvajit Gupta et à son parcours tortueux de l’enfant amaigri qu’il était à Kolkata, en Inde, à son poste de vice-président Ingénierie chez Appian, une entreprise basée à Reston en Virginie. Pendant trois décennies, Suvajit Gupta a excellé dans un domaine particulier : amener les gens à élaborer des outils de développement logiciel étonnants dont les entreprises ne peuvent pas se passer.

« Ce que j’ai appris au fil du temps, dit Suvajit Gupta, c’est que le logiciel est la clé ultime : vous pouvez construire n’importe quoi avec et vous êtes uniquement limité par votre imagination. »

Le développement de logiciels est le type de tâches auquel se prête Suvajit Gupta. Il pense qu’il s’agit du meilleur emploi au monde. « C’est le seul travail qui vous permet de passer d’une idée sur un tableau blanc à un codage sur clavier, avec la satisfaction immédiate de donner vie à cette idée. »

 

La machine Google confirme la perspective de Suvajit Gupta : avec un salaire médian de plus de 100 000 dollars et un taux de chômage inférieur à 1,9 %, le développement de logiciels se classe régulièrement parmi les meilleures professions de la planète selon U.S. News.

Rétrospectivement, Suvajit Gupta a remporté plus de succès qu’il ne l’aurait jamais imaginé. Son parcours vers la haute direction est un récit à la fois inspirant et édifiant, rempli de leçons pragmatiques sur l’innovation, le leadership et pourquoi les entreprises ne peuvent pas suivre le rythme effréné de la transformation numérique sans développement Low-Code.

Nous espérons que vous apprécierez cet échange.

Appian : Quelle est la plus grande idée préconçue sur les développeurs de logiciels et leur travail ?

Suvajit Gupta : La plupart des gens pensent que l’élaboration et la modification d’un logiciel sont chose aisée, mais ce n’est pas le cas. Les gens pensent uniquement aux « scénarios primaires », c’est-à-dire ce qu’ils veulent que le système fasse. Mais ils ignorent ou sous-estiment massivement les « scénarios secondaires » qui incluent toutes les choses qui peuvent mal tourner avec un système, les intrants, l’environnement, et ainsi de suite. En vérité, ces scénarios secondaires représentent environ 85 % des lignes de code du système de production sur le terrain. Ils sont comme de la « matière noire ».Ils sont l’une des principales raisons pour lesquelles les projets logiciels échouent.

Appian : L’année dernière, vous avez écrit un article sur la plate-forme Medium qui a attiré mon attention. Vous l’avez intitulé : « Voyager dans le souterrain du logiciel. » Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire sur ce sujet ?

Suvajit Gupta : On m’a demandé de parler sur le blog des différents plans de carrière au sein de l’équipe ingénierie Appian dont je suis responsable. Alors que je cherchais l’inspiration, ma femme m’a suggéré de raconter ma propre histoire au sein des nombreux emplois et rôles que j’ai pu occuper au cours de mon expérience professionnelle.Appian : Comment les gens ont-ils réagi à votre récit ?

Suvajit Gupta : J’ai été surpris par les réactions favorables. Je pense que les gens se sont vraiment identifiés au côté personnel de l’histoire.

Appian : Dans cet article, vous parlez de votre passion pour le piratage, le travail sur ordinateur et le codage pour résoudre des problèmes. Quel est l’élément que vous appréciez le plus dans le travail sur ordinateur et le codage ?

Suvajit Gupta : L’ingénieur en moi aime déterminer clairement le problème, chercher des options viables pour le résoudre, en choisir une et en assurer le succès. Ce processus n’est pas linéaire avec le développement de logiciels. Comme beaucoup de gens dans ma profession, je m’ennuie rapidement, mais le logiciel me tient perpétuellement occupé puisque les choses sont en constante évolution.

Zigzaguer sur le chemin tortueux du réseau souterrain du logiciel

Appian : Vous avez également dit que trouver un chemin de carrière, c’est comme trouver dans quelle rame monter dans une station de métro très fréquentée. Je pense que c’est la même chose que d’essayer de comprendre quelle technologie adopter à l’ère de la transformation numérique. Quels conseils donneriez-vous aux chefs d’entreprise et aux responsables informatiques qui sont aux prises avec ce défi ?

Suvajit Gupta : Continuez à vous familiariser avec les nouveaux éléments qui sont plus à même de vous aider à résoudre les défis auxquels vous faites face. Entourez-vous de gens qui se remettent en question, qui proposent des idées et qui sont heureux de les mettre en œuvre. Le développement Low-Code est l’une de ces choses. Les chefs d’entreprise et les responsables informatiques doivent comprendre la valeur commerciale des technologies courantes comme le Low-Code afin de trouver comment en tirer parti pour transformer leur organisation.

Appian : Cela nous amène au sujet de l’innovation. Les meilleures entreprises sont plus à même d’innover que la concurrence. Comment expliqueriez-vous à des cadres lambda la place qu’occupe le Low-Code dans le processus d’innovation ?

Suvajit Gupta : À l’heure actuelle, la plupart des gens ont entendu la phrase suivante : « chaque entreprise est une entreprise de logiciels. » Et cela est vrai. Il est donc essentiel d’être en mesure de militariser le développement d’applications pour obtenir un avantage concurrentiel.

Low-Code : comment élaborer des logiciels personnalisés en quelques semaines, et non plus des années

Appian : Voilà une bonne transition pour passer au prochain sujet : la transformation numérique. Les critiques disent que la transformation numérique n’est qu’un autre mot à la mode et qu’elle a abattu toutes ses cartes. Néanmoins, nos recherches montrent que de nombreuses entreprises continuent de mettre l’accent sur la transformation numérique. La transformation numérique est-elle toujours d’actualité et comment est-elle liée à la tendance Low-Code ?

Suvajit Gupta : La transformation numérique ne disparaît pas. Elle est en train de se produire. Elle existe bel et bien. Et elle va continuer à exister pendant les deux prochaines décennies. Néanmoins, de nombreux logiciels et de nombreuses données sont au cœur de la transformation numérique. Le lien avec le développement Low-Code, c’est que les plates-formes Low-Code permettent aux organisations de gérer l’explosion des technologies émergentes, non pas en années civiles, mais en « années Internet ». Avec le développement Low-Code, les entreprises peuvent, par exemple, réduire le temps d’
élaboration de logiciels personnalisés de plusieurs années à quelques semaines.

(Restez à l’écoute pour découvrir le dernier épisode de cette série en deux parties sur le développement Low-Code et l’innovation avec Suvajit Gupta, vice-président ingénierie chez Appian)

S'ABONNER À APPIAN WEEKLY!